Transports - La ligne "E" du métro va bientôt voir le jour

Publié le 22 Février 2018

Partager :

Eh oui, le projet d'une ligne de métro "E" est bel et bien d'actualité ! Objectif : desservir les hauts du 5ème arrondissement et le nord-ouest lyonnais, d'ici 2030.

Depuis la campagne municipale 2014, l'idée de ce chantier gamberge dans les esprits. Depuis, le Styral (organisme chargé du réseau de transports en commun de la Métorpole, a mené avec Egis Rail des études de faisabilité de cette ligne automatique, qui répondrait aux besoins de développement de toute une partie de l'agglomération où les transports en commun de surface sont contraints par des voies souvent trop étroites et tourmentées. Une configuration rendant le métro indispensable. Dans un premier temps, 60 000 personnes pourraient emprunter cette ligne. 

Cependant, la question majeure est de définir de quel lieu précis faire partir cette ligne : Vieux-Lyon, Gorge-de-Loup, Perrache, Bellecour ou Hôtel de Ville. Afin d'orienter la suite du projet, l'attractivité de la ligne, sa cohérence urbaine, les prévisions de fréquentation, son évolutivité, les risques techniques pour la réaliser, les coûts et les délais de la construction ont été pris en compte. 

Parmi plusieurs scénarios, deux ont donc été retenus : Dans le premier, la ligne E part de Bellecour, en contact avec les lignes A et D. Dans le second, son départ s'effectue à Hôtel de Ville, en lien avec les lignes A et C. Dans cette hypotèse, la ligne a six stations et non cinq, car elle fait un arrêt à Saint-Paul, ce qui permet un lien avec les liaisons ferroviaires. Ensuite, le tracé et ses variantes sont identiques : Saint-Irénée ou Trion, Point du Jour, avenue de la Constellation, Ménival ou Libération, au carrefour des axes Brosset et Charles-de-Gaulle, et enfin terminus à Alai/Tassin, en limite du 5ème arrondissement et de Franche-ville. 

Afin de ne pas perdre de temps, Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral, a annoncé que celui-ci votera la poursuite des études et la saisine de la Commissione nationale du débat public. Le but est que le nouveau comité du Sytral issu des élections de 2020 puisse très vite lancer le projet si cela est son intention. 

Nous attendons donc l'aboutissement de ce projet avec impatience ! 

 

A très bientôt, 

Votre agence Guy Hoquet

Partager :